textes libres

Un peu de culture car nous ne nous enrichissons jamais suffisamment...

Modérateur : Nrico

Avatar du membre
chat noir
Habitué
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : sam. 3 sept. 2016 18:45
Localisation : terre

Re: textes libres

Message non lu par chat noir »

un texte sur un fait d'actualité écrit il y a quelques moi et qui reviens sur le devant de la scène,
à l'approche des élections après la valses des petits plats voici la valses des candidats, deux anciens ministres sont venus rencontrer les anciens salariés


Petits plats de France ou petits plats d'Italie ?


Voici une histoire de mon pays,
Une histoire de triste économie,
Je vais essayer de vous la narrer en vers,
C'était il y a quelques mois au sortir de l'hiver,

Une histoire moderne vraie qui désabuse,
Au village de St Vincent de Mercuze,
Qui n'est ni ravitaillé par les corbeaux ni part les buses,
Elle ne fait pas rire et point elle n'amuse,

Dans cette petite commune sur les bords de l'Isère,
Dans la vallée du Grésivaudan ou fleurie l'industrie,
C'est par un triste matin de mars que le ciel s’assombrit,
Pour 77 salariés voyant poindre sur eux la misère,

Leur entreprise seule en France et leader en Europe,
Elle fabriquait des plats et barquettes en aluminium,
Pourtant on ne peut pas dire qu'ils ont fait le minimum,
Et jamais ils ne s'attendaient à un tel flop,

Mise en liquidation judiciaire pour mettre les comptes à plat,
Un comble pour une société qui fabrique des petits plats,
Elle s’appelait ECOPLA vendue et revendue maintes fois,
Par des groupes qui la pillèrent "cent" fois ni lois,

Un carnet de commande plein, riche d'un savoir faire,
Des machines uniques pour des grand groupes de l'alimentaire,
les ouvriers tentèrent alors de sauver leur usine,
En scop se rassemblèrent le cœur serré sur la poitrine,

Pleins d'espoir et de courage leur détermination si forte,
Ils marchèrent et frappèrent à toutes les portes,
Collectivité locale, élus, même les gens du cru,
Leur projet était viable tout le monde y a cru,

Mais hélas en ce mois de juin humide,
La justice a tranché d'une sentence perfide,
Vendant les machines à un groupe italien,
Ne sauvegardant ni locaux ni emplois, rien !!!


Que comprendre ? Un conte, un duel ?
Une histoire moderne, une chute cruel,
peut on dire que la fin en justifie les moyens ?




mes texte sont protégés et déposés sur "dépôt numérique"

Emilio
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 1236
Enregistré le : lun. 4 avr. 2016 15:22

Re: textes libres

Message non lu par Emilio »

chute cruelle ,
m interpelle
davantage ,
dans cet adage ,
de mondes duels ...
et si superficiels.
;)

Avatar du membre
chat noir
Habitué
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : sam. 3 sept. 2016 18:45
Localisation : terre

Re: textes libres

Message non lu par chat noir »

Emilio a écrit :chute cruelle ,
m interpelle
davantage ,
dans cet adage ,
de mondes duels ...
et si superficiels.
;)
oui, superficiel toute l'humanité se résume en ce mot je crois hélas

Emilio
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 1236
Enregistré le : lun. 4 avr. 2016 15:22

Re: textes libres

Message non lu par Emilio »

d un autre cote , grave et dimensionnel , un humain pas superficiel, n est plus terre a terre :fubar: :oops:
lama qui levite ne crache plus :@

superficiel , c est leger , et dans un monde si pesant , les fuites sont de cet ordre .
Mais de meme que sous les paves la plage , la profondeur est sous la superficialite , forcement , mais pas toujours non plus :wait: :P

Avatar du membre
chat noir
Habitué
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : sam. 3 sept. 2016 18:45
Localisation : terre

Re: textes libres

Message non lu par chat noir »

chat noir a écrit :un texte sur un fait d'actualité écrit il y a quelques moi et qui reviens sur le devant de la scène,
à l'approche des élections après la valses des petits plats voici la valses des candidats, deux anciens ministres sont venus rencontrer les anciens salariés


Petits plats de France ou petits plats d'Italie ?


Voici une histoire de mon pays,
Une histoire de triste économie,
Je vais essayer de vous la narrer en vers,
C'était il y a quelques mois au sortir de l'hiver,

Une histoire moderne vraie qui désabuse,
Au village de St Vincent de Mercuze,
Qui n'est ni ravitaillé par les corbeaux ni part les buses,
Elle ne fait pas rire et point elle n'amuse,

Dans cette petite commune sur les bords de l'Isère,
Dans la vallée du Grésivaudan ou fleurie l'industrie,
C'est par un triste matin de mars que le ciel s’assombrit,
Pour 77 salariés voyant poindre sur eux la misère,

Leur entreprise seule en France et leader en Europe,
Elle fabriquait des plats et barquettes en aluminium,
Pourtant on ne peut pas dire qu'ils ont fait le minimum,
Et jamais ils ne s'attendaient à un tel flop,

Mise en liquidation judiciaire pour mettre les comptes à plat,
Un comble pour une société qui fabrique des petits plats,
Elle s’appelait ECOPLA vendue et revendue maintes fois,
Par des groupes qui la pillèrent "cent" fois ni lois,

Un carnet de commande plein, riche d'un savoir faire,
Des machines uniques pour des grand groupes de l'alimentaire,
les ouvriers tentèrent alors de sauver leur usine,
En scop se rassemblèrent le cœur serré sur la poitrine,

Pleins d'espoir et de courage leur détermination si forte,
Ils marchèrent et frappèrent à toutes les portes,
Collectivité locale, élus, même les gens du cru,
Leur projet était viable tout le monde y a cru,

Mais hélas en ce mois de juin humide,
La justice a tranché d'une sentence perfide,
Vendant les machines à un groupe italien,
Ne sauvegardant ni locaux ni emplois, rien !!!


Que comprendre ? Un conte, un duel ?
Une histoire moderne, une chute cruel,
peut on dire que la fin en justifie les moyens ?




mes texte sont protégés et déposés sur "dépôt numérique"
suite,
cette semaine l'appelle devant la cours d'appelle posée par les salariés viens d'être rejetée

Avatar du membre
voltige
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 1347
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2012 07:48

Re: textes libres

Message non lu par voltige »

Comment devant ce texte, d'émotions enrichit,
Rempli de moult espoirs, de désirs inassouvis,
rester inerte, impuissant et minable
Laissant les tout puissants, deviser face au Diable.

Debout manant obséquieux et rampant,
Sors de ta couenne, le goût de la dissidence
Il ne te donnera pas le courage d'antant,
Insufflera t-il un brin de fierté, un chouia de résistance?.

Souviens toi de ton père, à genoux devant l'ennemi,
Il simule l'acceptation , mais n'a jamais faillit,
Pour toi, il représente un prof exemplaire,
Que toute ta longue vie, ne saura satisfaire

Il t'a montré la voie, un chemin difficile,
Éprouvant ta raison, souvent ta foi vacille,
Que faire, que croire, que t'as t'il laissé?
La vie, beaucoup d'amour, de quoi tout renverser

Tu es porteur du flambeau de l'espérance,
Ce flambeau dans tes mains, brûleur des pires outrances,
Balayant devant toi, la fange, la misère,
Être fier, révolté tel un nouveau Voltaire,

Du fond de ton cœur, tu le dis, tu le cries
Vive la liberté, à moi de décider
Réveille toi ami, le temps est bien fini,
où tu dormais inquiet et jamais satisfait
Désormais, sans Dieu ni maître, si tu le veux, vivre! cela t'est permit..

Copyrigue Volti :D :D
Le savoir ne sert à rien, s'il n'est pas partagé ♥♥

Avatar du membre
peterpan57
Posteur XXL
Posteur XXL
Messages : 3149
Enregistré le : jeu. 7 janv. 2016 04:20
Localisation : Lorraine 57

Re: textes libres

Message non lu par peterpan57 »

mon avis? pas mal du tout, :clap:
le fond et la façon est super, mais je ressent un peu le coté pervers des dérives s'approchant de racisme.... attention, jeu dangereux... :worried:

néanmoins les rimes démontrent bien tout ce qui est Manipulations et Atteintes aux Libertés.

Le rap en fait de méme et perso j'aime ! :clap: :lol:

( j'approuve d'évoquer une justice corrompue :wait: ) ;)
La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi... Albert Einstein

Avatar du membre
voltige
Administrateur du site
Administrateur du site
Messages : 1347
Enregistré le : jeu. 16 févr. 2012 07:48

Re: textes libres

Message non lu par voltige »

Loin de moi l'envie de véhiculer un message raciste ;) juste une "option" si nous ne sommes pas content, de prôner la révolte.
Nous avons l'expérience des anciens, charge à nous, de prendre des exemples, et ils ne manquent pas.
Élisée Reclus, Proudhon, Enjolras = Louise Michel et tant d'autres...
La révolte en mots sans action, est assimilée à ce que font nos élus (bien informés). Servir à la masse, sur un plateau, les dérives et autres aberrations constatées. Le but est électoral, "mettez moi au pouvoir, je changerai les chose".. Les gogos sont nombreux à se faire prendre, élections après élections! est ce que les choses changent?
Donc! Élection piège à cons! et ce n'est pas de moi ;)
Le savoir ne sert à rien, s'il n'est pas partagé ♥♥

Avatar du membre
chat noir
Habitué
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : sam. 3 sept. 2016 18:45
Localisation : terre

Re: textes libres

Message non lu par chat noir »

toute l'ambiguïté entre nos révoltes et nos envies entre nos paroles et nos actes,

Avatar du membre
chat noir
Habitué
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : sam. 3 sept. 2016 18:45
Localisation : terre

Re: textes libres

Message non lu par chat noir »

suite à un reportage que j'ai vu sur le site industriel de Gardanne

Boue rouge,

Je vals' Vals dans la boue, non, non, rien, rien ne bouge,
Prend garde Gardanne que vol', vol' l'arsenic,
Me pic' pic' à mes yeux, Poussière au bon pic'nic',
Et ma peau et mes os et mon ciel rouge rouge,

Et tu boxes boxes boxera, Box'aline*,
De tes lourds lourds métaux, faire enfer, uranium,
Allume allumera, l'alu', l'aluminium,
A la mer roule roule, vague vague saline,

Cancer dessert la lois sur l'eau, ho ! ma mémère,
poissons poissons ocres, acre poison poison,
Pêche dépêche l'info, des pins peint la toison,
Enterre terre élu au ministère amère,

Tas petit tas l'état, l'entreprise autorise,
De pire, pire empire depuis tant, tant de temps,
Chante chante chomâge, pleure pleure printemps,
Boue tabout l'industrie là se rise se rise*,

* box'aline jeu de mot « bauxaline » nom industrielle donné aux boues rouges polluante soit disant recyclées
* se rise du verbe se riser qui n'existe pas voulant dire se moquer, emprunté à l'expression « être la risée » et jeu de mot avec la cerise rouge

Répondre